Vous vous demandez peut-être : pourquoi le choix des isolants thermiques est si important ? Eh bien, sachez qu’environ 30% des pertes de chaleur se font par la toiture et les plafonds. Mis à part cela, les murs sont aussi responsables de 20 à 25% des déperditions thermiques et le sol peut faire perdre entre 7 à 10% de chaleur.

Choisir la bonne isolation

Pour transformer un logement énergivore en cocon chaleureux il faut prendre en compte quelques subtilités.
La ventilation et l’aération sont essentiels pour bénéficier d’un air intérieur renouvelé et donc plus sain, mais n’oubliez pas qu’ils peuvent aussi faire perdre jusqu’à 25% de chaleur. Et il en va de même pour le pont thermique, il peut vous faire perdre entre 5 à 10% de chaleur.
Parmi les différents types d’isolants thermiques, il y a lieu de citer : les isolants en laines minérales, les isolants en laines végétales, les isolants en laines animales, les isolants polystyrènes PSE/XPS/PUR, les isolants sous vide et les isolants minces.
Ces isolants thermiques ont chacun leurs propres avantages et leurs inconvénients, mais vous devez les choisir en fonction de vos besoins. En fait, les critères suivants doivent être considérés avant de choisir un isolant pour votre logement.

La conductivité de l’isolant thermique

En premier lieu, vous devez tenir compte de l’épaisseur et de la performance de l’isolant thermique. Ces critères de conductivité thermique sont généralement définis par le coefficient lambda, puis exprimés en Watt par mètre d’épaisseur et par degré Kelvin de différence de température. Plus la conductivité est faible, plus la résistance thermique de l’isolant est élevée.

Les émissions de COV de l’isolant utilisé

En second lieu, vous devez contrôler les émissions de composés organiques volatils de l’isolant utilisé. L’idéal est, en effet, d’opter pour des matériaux qui émettent peu de COV puisqu’il s’agit de polluants pouvant dégrader l’air intérieur. Pour le vérifier, vous devez jeter un coup d’œil sur l’étiquette sanitaire des produits de revêtement afin de voir ce qui y est indiqué (A+ pour très faibles émissions et C pour fortes émissions).

L’ininflammabilité de l’isolant thermique

L’autre critère à ne pas négliger aussi est l’ininflammabilité de l’isolant thermique. Ici, vous devez vous renseigner auprès des professionnels pour vous assurer que l’isolant que vous choisissez ne va pas contribuer à la propagation d’un incendie. En général, les isolants placés à l’intérieur sont protégés par une plaque de plâtre et ceux posés à l’extérieur sont périodiquement interrompu par des bandes horizontales de produits isolants pour éviter la propagation du feu.

Le temps de déphasage des isolants

Pour terminer, il vous est conseillé enfin de bien vous renseigner sur le temps de déphasage de vos isolants. Considérez la capacité des matériaux des parois de votre maison à ralentir les transferts thermiques, notamment la chaleur pendant la saison estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *