Selon l’ordre des architectes, notamment le vice-président du conseil national, Eric Wirth, le bois serait la solution la plus écologique et la plus solide pour reconstruire la charpente de Notre-Dame de Paris.
Bien sûr, cette proposition n’a pas tout de suite été retenue par le président de l’établissement public chargé du chantier, le Général Jean-Louis Georgelin, puisque ce dernier estime qu’un lobbying de la filière bois pouvait être à l’œuvre. Ce dernier a annoncé qu’ : « il y aura étude, examen de toutes les options possibles ». Mais cela n’a pas changé le fait que l’ordre des architectes recommande une charpente en bois.

« Si l’ouvrage avait été en acier, il n’y aurait plus de Cathédrale »

D’après Eric Wirth : « Le matériau le plus moderne, le plus écologique aujourd’hui, c’est le bois. C’est celui qui stocke le carbone et il n’y a pas de contre-indications malgré toutes les fausses rumeurs ». Ce dernier a également confirmé que : « Si l’ouvrage avait été en acier, il n’y aurait plus de Cathédrale. Même avec toutes les protections, vu le brasier … Le fer tient une demi-heure, une heure et après il se tord, il tire sur les parois et il fait tout écrouler … Il faut se méfier ».
Ici, il y a lieu de rappeler en effet que le bois offre une résistance impressionnante au feu. En cas d’incendie, il offre plus de sécurité car il permet à la structure de conserver longtemps sa résistance. Ce qui donne donc davantage de temps aux occupants d’évacuer les lieux. Sans parler du fait que sa combustion émet peu de gaz dangereux.

« On a la chance d’avoir toutes les informations … pour reconstruire à l’identique »

Par ailleurs, Eric Wirth a aussi parlé des « fausses bonnes solutions » avancées par certains constructeurs. Ces derniers confirment que les charpentes métalliques ou en béton constituent de meilleures alternatives parce qu’elles seraient beaucoup plus légères. Pourtant, Monsieur Wirth précise que : « Ces cathédrales, elles tiennent structurellement parce qu’il y a une masse sur une voûte … ça ne fonctionne que parce que c’est lourd ».
Enfin, il a aussi annoncé que : « On a la chance d’avoir toutes les informations, relevés photographiques, informatiques, numériques pour reconstruire à l’identique ». D’ailleurs, toujours selon lui, les 5 ans comme le veut le président français Emmanuel Macron sont « un objectif mais pas un impératif ». L’idéal serait de refaire la flèche de la Cathédrale Notre Dama de Paris à l’identique, car « les vraies innovations, c’est aux abords qu’il faudra les faire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *